Accueil > Médecine - Les principales publications > Ouvrages > Toxicologie d’urgence
Toxicologie d’urgence

Masson Editeur, Paris

JPEG - 24.5 ko
JPEG - 2.9 ko

L’originalité de cet ouvrage est liée à sa présentation synoptique. Un index initial répertoriant plus de 900 produits chimiques susceptibles de provoquer une intoxication aiguë est proposé.
Les diverses étapes de cette études sont illustrées par des classifications pratiques : voies d’entrée des toxiques dans l’organisme, signes cliniques de l’intoxication, atteinte des systèmes, tissus et fonctions, traitements d’urgence.
Sont ensuite abordés deux aspects fondamentaux : la prévention des accidents toxiques et le rôle du médecin du travail en cas d’accident toxique majeur. Enfin, les interactions entre produits toxiques et environnement sont précisées avec toutes leurs implications.
Ouvrage qui traite tous les aspects des intoxications rencontrées dans l’industrie et qui aborde pour la première fois la toxicologie environnementale.
L’ouvrage s’adresse à tous les médecins-praticiens confrontés à ces risques, aux médecins du travail, aux responsables des services d’urgence et de sécurité, aux industriels.

Préface

Cet abrégé qui concerne la toxicologie des produits chimiques industriels ne s’adresse pas seulement aux industriels, aux services de sécurité et aux médecins du travail. En 1989, l’environnement est déjà partie prenante dans les problèmes toxicologiques et deviendra sans doute partie dominante si l’on évoque quelques problèmes actuels : les pluies acides, le réchauffement de l’air dû à l’effet de serre produit par l’augmentation du taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère et la nécessité de surveiller air et eau en permanence, comme celle de multiplier les avertissements concernant le danger qu’il ya à habiter près de certaines installations industrielles (Seveso, Bhopal, Bâle…). C’est dire qu’il y a intérêt aujourd’hui à bien connaître les intoxications aiguës (les mieux répertoriées), pour lesquelles les facteurs cliimatiques, techniques et temporels jouent un rôle prédominant.

JPEG - 7.1 ko

Il est regrettable que les travailleurs ne possèdent pas un carnet de santé professionnel, les suivant dans leur carrière car il a été estimé à 50% parmi les cancers ceux dont l’origine pouvait être professionnelle sans que l’on puisse en faire la preuve formelle faute d’une surveillance médicale et toxicologique pendant toute leur vie active, et plus tard pendant leur retraite.

Le livre de Jean-Charles Hachet commence par un index alphabétique comportant de nombreux renvois sur les intoxications aiguës par les produits chimiques. Cette liste, la plus exhaustive à ma connaissance, comprend non seulement les intoxications les plus spectaculaires mais aussi celles qui, pour n’avoir pas suscité une véritable étude, n’en sont pas moins les plus fréquentes. Et ce n’est pas là l’un des moindres mérites de cet ouvrage. L’originalité de la présentation, un nouvel éclairage de la toxicologie, l’apport des connaissances les plus complètes et les plus actuelles sont de nature à faire de cet abrégé une somme de références et un outil de travail utile aussi bien pour les chercheurs que pour les non initiés. En second chapitre, les dégâts causés par le toxique dans l’organisme sont dus, d’une part aux conditions d’exposition, à la concentration du toxique, mais surtout à la voie de pénétration que l’auteur hierarchise par ordre de gravité croissante en voie cutanée, digestive, pulmonaire et parentérale, ainsi aux facteurs d’environnement qui modifient la composition du toxique et augmentent sa nocivié.

Les signes cliniques de l’intoxication sont, d’une part ceux qui peuvent apparaître au niveau de la première barrière franchie par le toxique, et d’autre part les signes généraux en relation avec le cheminement du toxique dans l’organisme et son métabolisme. Ainsi sont décrits d’abord les atteintes de l’appareil respiratoire, celles de l’appareil cutanéo-muqueux et oculaire, les signes digestifs, puis les signes généraux concernant les divers appareils cardiovasculaire ; digestif, hépatique, neurologique, rénal, respiratoire et sanguin.

JPEG - 7.3 ko

Le traitement d’urgence des intoxications aiguës est suffisamment bien expliqué pour ne pas mériter de commentaire. Par contre, l’action du médecin du travail en cas d’accident toxique majeur est un paragraphe important et concerne aussi bien les travailleurs de l’entreprise que la population de l’environnement. Très souvent l’information manque du fait secret qui régit la sécurité industrielle. Seul le médecin du travail de l’entreprise possède les documents permettant de désigner le ou les toxiques en cause rapidement. L’organisation des secours est l également sous sa responsabilité. Une seule organisation doit avoir été prévue en relation avec les inerlocuteurs extérieurs : centres ainti-poisons, SAMU, praticiens et hopitaux alentours.

En conclusion, destiné aux industriels et à tous les médecins, mais aussi un ouvrage grand public, cet abrégé comporte un chapitre final fondamental. Il s’agit de celui qui concerne l’environnement, donnant pour la première fois sa juste place à la toxicologie environnementale. Dans cette optique intra et extra industrielle, nul doute que ce remarquable travail d’un éminent spécialiste qui s’est déjà illustré en produisant notamment le premier dictionnaire des pathologies professionnelles et de médecine du travail (Maloine, Paris, 1988), couronné par l’Académie de médecine, deviendra le conseiller que tout agent de sécurité gardera sur sa tabler pour être plus opérationnel.

Jean-Pierre Féjaville
Maître de Conférences
Spécialiste des Hôpitaux
Faculté Necker, Paris

Table des matières

PREFACE…..........................................V

PDF - 8.5 Mo
PREFACE.TABLE DES MATIERES.INTRODUCTION.INDEX.

INTRODUCTION….................................1

INDEX (sous forme de tableaux) …......4

CHAPITRE PREMIER – Voies d’entrée des toxiques dans l’organisme…25

PDF - 3.1 Mo
CHAPITRE 1.

Voie d’entrée pulmonaire ...........................................(25)

Voie d’entrée cutanée …............................................(26)

Voie d’entrée orale …................................................(26)

Voie d’entrée oculaire …............................................(27)

Tableau 1 : voie d’entrée des toxiques dans l’organisme ...…(28)

CHAPITRE 2 – Facteurs de toxicité…..........................35

PDF - 2 Mo
CHAPITRE 2.

Facteurs en relation avec les conditions d’exposition…....35
Les facteurs d’environnement.(...........................37)

L’exposition simultanée à plusieurs toxiques ..............…(38)

L’administration antérieure de la même substance toxique.... …(38)

Facteurs relatifs au récepteur….........................39

CHAPITRE 3 - Mécanisme d’action des toxiques…......41

PDF - 769.4 ko
CHAPITRE 3.

Agression spécifique …..............................................(41)

Agression non spécifique …......................................(43)

Tableau 2 : Toxiques méthémoglobinisants…...........(42)

CHAPITRE 4 - Signes cliniques de l’intoxication…45

PDF - 21.8 Mo
CHAPITRE 4.

Signes cliniques de l’appareil respiratoire ................(46)

Signes cliniques cutanéo-muqueux .........................(47)

Signes cliniques digestifs........................................ (48)

Tableau 3 : Atteintes de l’appareil respiratoires..... (49)

Tableau 4 : Atteintes cutanéo-muqueuses et oculaires ....(65)

Tableau 5 : Signes cliniques digestifs ...........................(82)

Tableau 6 : Systèmes, tissus ou fonctions plus particulièrement lésés en cas d’intoxication...... (91)

CHAPITRE 5 - Traitement d’urgence des intoxications aiguës …103

PDF - 13.7 Mo
CHAPITRE 5.

Soins d’extrême urgence..................................…103

Intoxication par inhalation................................... (104)

Atteintes cutanées et oculaires par des substances caustiques... (106)

Intoxication par ingestion..................................... (107)

Traitement symptomatique d’urgence ….............(103)

Remarques préalables.......................................... (107)

Intervention du médecin...................................... (108)

Traitement spécifique d’urgence ….....................111

Elimination rapide du toxique .............................. (111)

Tableau 7 : Détresses respiratoires aiguës............(115)

Tableau 8 : Insuffisances cardio-circulatoires aiguës ....(117)

Tableau 9 : Dépression du sytème nerveux central....... (119)

Tableau 10 : Convulsion................................................... (124)

Tableau 11 : Conduites d’urgence et élimination du toxique ...(127)

Tableau 12 : Neutralisation du toxique............................ (138)

CHAPITRE 6 – Prévention des accidents aigus toxiques en milieu de travail …141

PDF - 1.2 Mo
CHAPITRE 6.

Prévention technique …...........................................141
Prévention collective .................................................(141)
Prévention individuelle............................................ (143)

Prévention médicale................................................…143

CHAPITRE 7 – Rôle du médecin du travail en cas de risque toxique majeur : intervention immédiate et mesures préventives…...145

PDF - 1.7 Mo
CHAPITRE 7.

Action du médecin lors d’un accident toxique majeur.....145

Rôle du médecin du travail dans la prévention du risque toxique majeur.........................................146

Le recensement des facteurs de risques ................(147)

L’information............................................................... (147)

L’organisation des secours...................................... (148)

CHAPITRE 8 – Toxicologie environnementale …....151

PDF - 10.4 Mo
CHAPITRE 8.

La pollution des airs ….............................................151

Les pluies acides .......................................................(152)

Moyens de lutte contre les pluies acides ..................(153)

Formation du trou d’ozone dans la région antarctique (154)

Effets pathologiques de la pollution atmosphériques (155)

La pollution des eaux …............................................158

Les différents types de pollution des eaux .............(158)

Normes OMS de pollution permanente.................... (159)
Pollutions accidentelles ...............................................(161)

Protection contre les détergents ..................................(171)

Protection contre les engrais ........................................(172)

Protection contre les pesticides................................. (173)

La protection des eaux d’alimentation et des eaux d’irrigation contre une salinité excessive..................... (174)

Protection contre les phénols ...................................(175)

Protection contre les hydrocarbures .......................(177)

LISTES D’ADRESSES UTILES …....................................179

Centres spécialisés ….............................................179

Centres anti-poisons .......................................... (179)

Centres de réanimation........................................... (180)

Services d’aide médicale urgente (SAMU) et services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR)…..........182

BIBLIOGRAPHIE...................................................... …189

INTRODUCTION

JPEG - 5.8 ko

L’importance du risque toxique professionnel et environnemental est liée au nombre élevé (plus de 70 000 à l’heure actuelle) et toujours croissant des substances chimiques utilisées dans des secteurs d’activité aussi multiples que différents. Cette constante augmentation s’explique par les progrès de l’industrie chimique qui propose sans cesse des produits inédits adaptés aux nouveaux besoins technologiques d’utilisateurs de plus en plus nombreux.

Le risque toxique ne concerne pas seulement les unités de production de la grande industrie ou certaines pratiques professionnelles qui apparaisent d’emblée comme particulièrement dangereuses. Il existe tout autant dans les petites entreprises : il arrive trop souvent que leurs salariés méconnaissent la nocivité des substances qu’ils manipulent ou ne respectent pas les plus élémentaires règles de prévention ou bien encore ne disposent pas des moyens de protection qu’exigerait leur activité.

On peut classer les intoxications selon différents critères. La prise en compte de la durée de l’exposition au toxique permet de distinguer les intoxications :

aiguës. Elles se caractérisent par la courte durée de l’exposition, l’absorbtion rapide du toxique et, en règle générale, l’apparition rapide des signes cliniques d’intoxication ;

subaiguës. Elles font suite à une période de plusieurs jours voire de quelques semaines au cours de laquelle la victime est soumise à des expositions fréquentes ;

chroniques. Dans ce cas les manifestations d’intoxication ne se développent qu’après des expositions répétées pendant une période de temps importante.

JPEG - 6.1 ko

Ce livre traitant de la toxicologie d’urgence des produits chimiques industriels, il convient de formuler plusieurs remarques à ce sujet.
En dehors des causes catastrophiques telles que l’exposition ou l’incendie, ce type d’intoxication est généraleent en relation avec un accident technique (par exemple : inhalation de gaz consécutif à une fuite provoquée par le bris de matériels, la rupture d’un joint, ou d’une vanne usagée…)
Il peut également :
résulter de l’absence ou de l’insuffisance des consignes et des dispositifs d’hygiène et de sécurité. Cela peut concerner les protections collectives (aspiration-ventilation) ou individuelles (absence de lunettes de sécurité, de vêtements protecteurs étanches ou de gants adaptés, utilisation de cartouches de masques périmées ou inadéquates) ;
survenir à la suite d’une fausse manœuvre. Celle-ci sera favorisée par des conditions de travail inhabituelles (par exemple en cas de réparation ou d’intensification de la production) et de ce fait source de perturbation pour les reflexes de sécurité que met en jeu l’exécution d’une tâche habituelle et parfaitement connue.

Une autre particularité de l’intoxication aiguë en milieu du travail concerne le caractère collectif, et donc la gravité qu’elle est susceptible de revêtir. Face à cette éventualité, on mesure encore davantage l’importance du rôle des premiers intervenants tout comme la nécessité d’une organisation préalable d’urgence.

Pour conclure cette introduction, nous rappelerons brièvement les grandes divisions de notre ouvrage. Celui-ci s’ouvre sur un index qui regroupe les noms de plus de 900 produits chimiques susceptibles de provoquer une intoxication aiguë en milieu du travail. Le chapitre suivant concerne les voies d’entrée des toxiques dans l’organisme : elles sont mentionnées dans le tableau no 1 pour toutes les substances figurant dans l’index et ne faisant pas l’objet d’un renvoi.

Après l’examen des facteurs de toxicocité et du mécanisme d’action des toxiques, vient la description des signes cliniques de l’intoxication, accompagnée de trois tableaux mentionnant les principaux signes cliniques respiratoires, cutanéo-muqueux, oculaires et digestifs pour tous les produits étudiés. Un quatrième tableau permet de récapituler les systèmes, tissus ou fonctions plus particulièrement lésés par chaque intoxication.

La cinquième partie est consacrée au traitement d’urgence des intoxications aiguës et comporte également des tableaux.

Viennent ensuite deux chapitres qui ont trait à la prévention des accidents aigus toxiques en milieu de travail et au rôle du médecin du travail en cas d’accident toxique majeur.

Enfin, est abordé le préoccupant problème de la toxicologie environnementale. En effet, l’usage intempestif de substances polluantes, leur concentration atmosphérique à des taux dépassants ceux imposés aux industriels, leur transport sans contrôle, peuvent entraîner des incidents ou des accidents graves (l’environnement rend malade). Il en est de même pour la pollution des eaux et celle des terrains.

Naviguez parmi les différents ouvrages de la collection J.C. Hachet.

Plan du site | Espace privé | dpx