Accueil > Médecine - Les principales publications > Articles > Affections neurologiques professionnelles
Affections neurologiques professionnelles

1. Affections neurologiques dues à des agents chimiques

A. Atteintes des nerfs crâniens

Atteinte du nerf optique

-  Bromure de méthyle, perchloréthylène, trichloréthylène, tétrachlorure de carbone, alcool méthylique, trinitrotoluène, lindane, plomb, arsenic, sulfure de carbone.

Affections rencontrées :
- Névrite optique.

Le sulfure de carbone peut-être également responsable de lésions du nerf auditif.

Atteinte du trumeau sensitif

-  Trichloréthylènes ;

-  Acides 2 méthyl -4- trichloroacétique,

Affections rencontrées :
- anesthésie de la face,
- troubles trophiques,
- kératite paralytique,
- chute des dents.

Atteintes diverses
-  Organo-métaux, bromure et chlorure de méthyle ;

-  Caldium ;

-  Plomb.

Affections rencontrées :
- Anosmie (au cours des polynévrites),
- paralysie laryngée saturnine (au cours des polynévrites).

Disfonctionnement du système neuro-végétatif

Il s’agit du blocage des relais de transmission entre les nerfs et les organes qu’ils commandent. Il est généralement dû à l’action des insecticides organophosphorés. Il provoque des anomalies de fonctionnement des organes placés sous le contrôle du système neuro-végétatif :

-  hypersialorrhée, nausées, vomissements ;

-  douleurs ou coliques abdominales ;

-  accélération du pouls et de la respiration ;

-  crampes musculaires, mouvements involontaires ;

-  fatigabilité anormale ;

-  dans certains cas, paralysie affectant la respiration.

B. Mouvements anormaux

Syndromes parkinsoniens

-  manganèse : syndrome strié manganique (atteinte des noyaux striés) ;

-  sulfure de carbone (action toxique directe) : syndrome parkinsonien par atteinte pallidale ; mouvements chloréo-athétosiques par atteinte néo-striée ;

-  Oxyde de carbone : le syndrome parkinsonien est, dans ce cas, une séquelle d’une intoxication aiguë.

Mouvements involontaires

-  mercure : Syndrome cérébelleux : tremblement mercuriel ;

-  organo-mercuriels : triade de Hunter avec dysarthrie et rétrécissement du champ visuel ;

-  bromure de méthyle ; le tableau clinique est très riche,
Citons comme signes d’alarme : dysarthrie et contorsions péribuccales.
Dans la période d’état : crises épileptiques à type variable.
Séquelles : troubles cérébelleux, myoclonies, mouvements chloréo-athétosiques ;

-  hydrures de bore (penta et décaborane) : céphalées, étourdissements, raideurs, secousses musculaires, crises convulsives ;

-  DDT : Crampes et tiraillements chez les désinsectiseurs professionnels ;

-  organo-phosphorés (parathion) : troubles de la coordination des mouvements, fibrillation et secousses musculaires ;

-  chlorure de méthyle : convulsions.

C. Polynévrites

La polynévrite est une atteinte des nerfs périphériques qui est à l’origine :

-  d’une diminution de la force musculaire des mains et des pieds, associée dans certains cas à une perte de la sensibilité ;

-  de fourmillements, d’engourdissements, de crampes ou même de douleurs profondes de ces extrémités ;

-  d’une abolition des réflexes.

En règle générale, ces troubles touchent symétriquement les deux côtés du corps. Au début, il s’agit surtout d’une mise en mouvement maladroite des bras et des jambes. Avec la fatigue on constate une aggravation de cette maladresse ainsi que les crampes.

Principaux agents responsables et pathologie :

Minéraux

-  plomb : très rare actuellement en raison de la surveillance médicale à laquelle sont soumis les ouvriers exposés ; localisation courante : paralysie anti brachiale pseudo radiale type Remak(C7) ;

-  arsenic : très rare actuellement en raison de la surveillance des ouvriers exposés. Les polynévrites arsenicales rappellent les polynévrites alcooliques (localisation, paresthésies, douleurs) ;

-  Sels de thallium : apparition de douleurs très fortes siégeant principalement aux extrémités inférieures (d’abord au gros orteil). Troubles moteurs peu prononcés, abolition du reflexe achilléen. Signes neurologiques centraux. Alopécie.

Solvants

-  Hexachloro-cyclohexane (désanophélisateurs) : polynévrite des membres inférieurs ;

-  Hexane (ouvriers de la chaussure et de la maroquinerie) : plynévrites sensitivo-motices avec prédominance des troubles moteurs affectant les membres inférieurs ;

-  Méthyl n-butyl cétone : paresthésies des quatre membres puis déficit moteur avec hyperesthésie des quatre extrémités ;

-  Sulfure de carbone : paresthésies avec troubles des réactions chronaximétriques puis polynévrite sensitivo-motrice (membres inférieurs-le plus souvent-ou supérieurs) à la période d’état ;

-  Tétrachloréthane : polynévrite motrice en particulier les interosseux des mains et des pieds, disparition des réflexes tendineux et, dans certains cas, atteinte précoce du réflexe pharyngé et de celui du voile ;

-  Autres solvants chlorés fréquemment en cause :(trichloréthylène, trichloréthane, tétrachlorure de carbone) : polynévrite sensitivo-motrice des membres inférieurs.

Autres toxiques

-  Acide 2 méthyl 4 chronophénoxyacétique (desherbant) : Quadriplégies sensitivo-motrices distales ;

-  Acrylamide (absorbtion par voie cutanée) : Asthénie, amaigrissement et amyotrophie puis polynévrite sensitivo-motrice touchant les quatre extrémités ;

-  Insecticides organo-phosphorés : déficits isolés des quatre membres ;

-  Triorthocrésyl-phosphate : polynévrites avec signes pyramidaux ;

-  Peintures contenant des hydrocarbures aliphatiques : polynévrites parfois sévères.

2. Affections neurologiques dues à des maladies infectieuses

Leptospiroses

-  Leptosîroses ictéro-hémorragique : syndrome méningé discret ; forme anictérique méningée ;

-  Maladie des porchers : méningite lymphocytaire aiguë bénigne .

Brucelloses

-  Atteinte ostéo-articulaire : paralysie spasmodiques dues à une spondylite généralement lombaire, cervicale le cas échéant, à l’origine d’une compression médullaire ;

-  Neuro-brucellose : méningo-encéphalite.

Charbon

-  Complications : septicémie (extrêmement rare en France à l’heure actuelle) : convulsions, délire, coma, méningite à liquide céphalo-rachidien sanglant.

Rage

-  encéphalomyélite aiguë mortelle.

Hépatites virales
-  Complications : méningites et méningo-encéphalites.

Poliomyélite  :
- formes paralytiques de poliomyélite antérieure aiguë ( paralysie respiratoire, atteintes spinales).

Rickettsioses  :
- signes nerveux accompagnant un tableau d’infection générale fébrile.

F médicaux, 2007

Naviguez parmi les différents ouvrages de la collection J.C. Hachet.

Plan du site | Espace privé | dpx